Témoignage

Catherine France Mis en ligne le 2021-03-25 16:04:05


J'avais 26 ans et dans mon personnage social, tout paraissait aller pour le mieux : un compagnon qui cherchait à me combler, un métier qui m'assurait un salaire et une sécurité que beaucoup m'enviaient, un appartement dont j'allais bientôt être propriétaire. Pourtant, au plus profond de moi-même, rien n'allait vraiment, et j'étais dévorée d'angoisses, le jour comme la nuit : rien de ce que j'avais acquis n'était en mesure de me satisfaire. Bien plus, il me semblait que ma vie ne m'appartenait pas, et que tous les choix que je croyais avoir faits en pleine conscience étaient en fait des erreurs. Un ami très observateur et auquel je me confiais aisément, m'a alors conseillé de faire une psychanalyse. Je n'ai pas hésité, tant ma vie intérieure se résumait à un enfer quotidien, impossible à manifester à mon entourage, même le plus proche. Je suis donc entrée en analyse, j'ai accepté de m'engager dans un travail en profondeur, long, et parfois douloureux. Mais ce fut la plus grande expérience de mon existence, comme une sorte de renaissance : j'ai aujourd'hui 39 ans, j'ai entrepris des études dans un domaine nouveau pour accéder à un métier qui me convient bien davantage que le précédent, et j'ai trouvé un autre compagnon avec lequel je me sens parfaitement bien depuis 7 ans. Ma vie est stabilisée et mes angoisses ont disparu. Cela ne signifie pas que la vie est toujours simple, mais que je suis en accord avec mes choix et que lorsqu'un problème se présente, je suis en mesure de le traiter de façon posée et objective.