Témoignage

Christine France Mis en ligne le 2021-02-14 20:04:02


Je souffrais de graves obsessions depuis plusieurs années ; obsessions en actes qui me contraignaient à répéter plusieurs fois par jour certains rituels, et obsessions d'idées pénibles qui s'accrochaient à ma pensée sans aucun contrôle possible de ma part. Un anti-dépresseur prescrit par mon généraliste m'avait procuré une certaine amélioration, mais pas totalement satisfaisante, et me laissant le sentiment intime d'un artifice. Puis un ami m'a conseillé de faire une psychothérapie. Après avoir hésité entre deux psychologues, je me suis finalement engagée à travailler avec celle qui me semblait proposer une perspective douce et sans fausse promesse. Nous avons commencé il y a deux ans des entretiens en face à face, et je dois dire que le fait de parler une fois par semaine de moi-même et des aspects douloureux de mon histoire me permet peu à peu de dissiper mes difficultés. J'ai arrêté l'antidépresseur il y un an et même si certaines obsessions reviennent de façon encore douloureuse, elles sont moins violentes et moins fréquentes. J'ai bon espoir de les voir un jour totalement disparaître.